Ensemble Vocal de Saint Louis Accès membre
Menu

SAISON 2019 - 2020

SAISON 2019 - 2020

STABAT MATER ROSSINI

Concert Exceptionnel

L’ŒUVRE - Gioacchino Rossini (1792-1868), Stabat Mater (1831-1842)

Une interrogation sur le « sacré » en musique

Le suicide compositionnel

Le dualisme rossinien : premiers pas vers la Transcendance

Bologne, ville des musiciens… Mozart y apprit l’art de la composition sous la conduite émérite du Padre Martini ; Rossini – quelques années plus tard – y suivra les enseignements de son successeur, le Padre Mattei. Mais, est-ce le seul point commun reliant nos deux créateurs ?

La carrière de Rossini fut tout autant étincelante, éclatante et son ascension fulgurante. De 1813, date de son premier succès international, son triomphe ne s’estompera jamais, jusqu’à ce qu’il décide, brutalement, d’arrêter sa carrière en 1829, à l’âge de 37 ans.

Si Mozart mourut à 35 ans, Rossini – acte assez rare, voire unique dans la sphère musicale pour être souligné - s’euthanasie artistiquement et volontairement, au même moment de son existence. Pourquoi ? Avait-il épuisé son imagination artistique ? Sa passion musicale l’avait-elle définitivement quitté ? Comment un compositeur aussi prolixe put-il décider de rayer d’un simple coup de plume toute la force du geste créateur qui l’habitait et qui, de facto, était le centre même de sa vie, le cœur de sa raison d’Être ? Par la même occasion, cela nous force à nous interroger sur ce qui animait réellement jusque-là son désir, sa flamme créatrice. Or, c’est à ce moment précis que la musique sacrée entre en jeu car notre compositeur n’arrête pas totalement de créer en 1829. Durant les 39 autres années qui le séparèrent de sa mort physique, Rossini livre deux œuvres sacrées qui compteront parmi ses plus grands chefs-d’œuvre : le Stabat Mater et la Petite Messe Solennelle.

La vie de Rossini nous apparaît alors comme un symbole même de dualisme, la première moitié de son existence étant dévolue à la création opératique, à sa carrière et au monde profane – tandis qu’exactement la deuxième moitié de sa vie fut consacrée à la musique sacrée, tout en étant retiré du monde – comme si un retournement, un basculement s’est opéré.

La toile cachée

Derrière le vernis opératique, le vrai sens du sacré

Contrairement à ce qu’a pu retenir la postérité, la musique sacrée de notre compositeur ne se réduit pas aux deux monuments suscités. Dès sa jeunesse, Rossini livre, en effet, quantité d’œuvres sacrées à vocation utilitaire (Messes, Cantates, Motets, …). En revanche, ces dernières ne furent clairement pas habitées d’un profond et sincère sentiment religieux, d’un souhait de Rédemption, de Salut ou de Délivrance. La langue de Rossini a toujours été celle de l’opéra et du théâtre, il ne pouvait alors s’empêcher d’appliquer celle-ci à l’Eglise, au plus grand dam d’un Richard Wagner.

Pourtant, comme l’affirme à juste titre Claire Delamarche, « Deux chœurs a capella et une fugue finale un peu pompeuse viennent rappeler à l’auditeur que le propos est autre. Et à bien regarder ces cavatines et airs duos et quatuors qui semblent empruntés tout droit à Guillaume Tell ou à la Donna del lago, on s’aperçoit que leur forme, leur parcours harmonique, leurs intentions s’accorderaient mal à l’opéra. »

LES SOLISTES  :

Mélanie MOUSSET, Soprane  : Prix Européen d'Encouragement de la Fondation Européenne de la Culture, Mélanie Moussay est remarquée comme finaliste au Concours International Enrico Caruso à Milan. Elle est la seule chanteuse française sélectionnée pour participer au Concours Internationale Gesangswettbewerb für Wagnerstimmen qui se déroula à Bayreuth. Elle remporte le Concours de Sélection de l'Orchestre National de Lorraine et le Prix de Mélodie Contemporaine au Concours International d'Interprétation de Mélodie Française de Toulouse. Parallèlement à ses études musicales, elle suit une formation de comédienne et obtient une licence d'études théâtrales à l'Université Marc Bloch de Strasbourg. Formée avec Henrik Siffert au Conservatoire de Strasbourg où elle obtient une Médaille d'or et le Diplôme de Perfectionnement en chant ainsi qu'en musique de chambre, Mélanie Moussay suit les master classes de Michel Sénéchal, Sebastian Lang-Lessing, Caroline Gautier, Sylvia Sass, François Leroux et Gabriel Bacquier. Elle se perfectionne actuellement auprès de la mezzo-soprano Jane Henschel. et d’Yves Sotin.

Laeticia GOEPFERT, Mezzosoprane  :

Hoël TROADEC, Ténor : Formé auprès de Blandine de St-Sauveur au CRR de Boulogne-Billancourt, et au Vorarlberger Konservatorium en Autriche, il fait ses débuts sur la scène internationale au Bregenzer Festspiele avec le rôle de Nathanaël dans les Contes d’Hoffmann en août 2015 mis en scène par Stefan Herheim (au côté de Michael Volle et Daniel Johansson) et à la chance de participer à une masterclass avec Brigitte Fassbaender. La même année, il intègre la HEMU de Lausanne dans la classe de Léontina Vaduva et chante en soliste l’oratorio Les 7 Dernières Paroles du Christ en Croix de César Franck ainsi que les opéras Rita de Donizetti et le Docteur Miracle de Bizet. Il chante en fin d'année 2016 les parties de Ténor solo du Magnificat de Bach et de la Messe de Minuit de Charpentier. En 2017, il chante le rôle de Bénédict dans l’opéra Béatrice et Bénédict de Berlioz dans le sud de la France, sous la direction de Christian Papis, et le premier Ténor dans les Vêpres de Monteverdi. Il sera également le Chevalier de la Force dans les dialogues des Carmélites à la HEMU de Lausanne en 2018 et Pâris dans la Belle Hélène montée par Ouverture Opéra la même année.

Jaroslaw KITALA, Basse : Membre de l’Opéra-Studio en 2015 et 2016, ayant participé à Génération Baroque, Jaroslaw Kitala se produit tant sur les scènes nationales d’Opéra que dans un répertoire baroque plus spécialisé qu’il affectionne particulièrement. En 2017, on a pu l’entendre notamment dans Le Coq d’Or (Tsarévitch) à l’Opéra National de Lorraine et dans La Calisto (Silvano) au sein des Talents Lyriques.

Les concerts de cette saison

Messe du couronnement MOZART

Messe du couronnement MOZART

  • Eglise St-Louis - Saint-Louis
REQUIEM DE VERDI

REQUIEM DE VERDI

  • Forum - Saint-Louis
  • PROJET MUSICAL INTERNATIONAL ET FRANCO-ALLEMAND
REQUIEM DE VERDI

REQUIEM DE VERDI

  • Eglise St-Etienne catholique - Mulhouse
  • PROJET MUSICAL INTERNATIONAL ET FRANCO-ALLEMAND
REQUIEM DE VERDI

REQUIEM DE VERDI

  • Herz-Jesu Kirche Freiburg i.B. - Freiburg i.B.
  • PROJET MUSICAL INTERNATIONAL ET FRANCO-ALLEMAND
REQUIEM DE VERDI

REQUIEM DE VERDI

  • Münster - Breisach am Rhein
  • PROJET MUSICAL INTERNATIONAL ET FRANCO-ALLEMAND
STABAT MATER de Rossini

STABAT MATER de Rossini

  • FORUM - SAINT-LOUIS